Historique

Déjà en 10’000 avant Jésus Christ, les ancêtres de nos ancêtres égayaient leurs journées et surtout leurs soirées en partageant des grillades au bord de la Sarine. En témoigne les vestiges du mésolithique récemment découvert dans les bas-fonds d’Hauterive.

Quelques siècles plus tard, les helvètes, nomades, arrivèrent par là avec leur cervoise et s’asseyèrent à leur tour autour du feu. Les braises étaient presque encore chaudes…

Puis, à l’époque romaine, un ancien gladiateur adoubé, nommé Scubilicus rejoint la joyeuse équipe. Appréciant fortement la viande et la cervoise helvètes, il décida de rester sur place. Avec lui, il amena une innovation venue de Rome : les orgies. Pour le remercier, ses camarades décidèrent de créer le village de Scuvillens, en honneur à son nom.

Sortie entre hommes (1949), puis arrivèrent les gonzesses

Ensuite vient le Moyen-âge, le village se nomma Escuvillens. Les grillades se perfectionnèrent, on les faisaient alors dans d’énormes cheminées, où l’on brûlait des arbres entiers. Les réceptions de Guillaume de Glâne étaient réputées loin à la ronde, pour ses oies poivrées, ses sangliers au miel et sa vinasse finalement agréable au nez. Il paraîtrait que nos amis les moines ne s’en privait pas…

S’en suivi partout en Europe, la renaissance : ses artistes, ses scientifiques, ses philosophes, ses idées humanistes, etc. A Escuvillens, rien de tout cela, les habitants préférant les grillades et les plaisirs de la terre!

Lors de la révolution industrielle, Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine, alors exilé en Suisse, renomma le village Ecuvillens. Il est écrit dans les archives du village qu’il n’arrivait pas prononcer le « sc » de Escuvillens à cause de son cheveu sur la langue.

Après la triste première guerre mondiale, quelques habitants, fort de cette longue tradition de convivialité, créèrent la jeunesse du bled. Il y a déjà presque 70 ans que la société de jeunesse s’attelle à animer le village et à garder le feu sacré de la grillade dans chacun de ses habitants!

Cinquantième de la jeunesse (1992)

Les commentaires sont fermés.